09 juin 2008

Départ

Douleur_13

Voilà, le moment est venu d'écrire, pour de vrai.
Est venu le moment de coucher des mots "sur le papier" virtuel, d'oser, d'essayer...
Je ne connais personne ici, et pourtant la peur du jugement accompagne ma démarche.
Je commence déjà à trier dans ma tête ce que je m'autorise où non à réveler, plutôt que de me laisser aller à écrire, tout simplement...
Le contrôle.
Sans doute ma plus grande force et à la fois ma plus grande faiblesse.
Tout contrôler, c'est s'anesthésié, afin de ne pas souffrir. C'est bête, mais ça marche. Au début, on en est fier, on peut entendre les pires horreurs et ne pas plier un cil, on se sent fort. Et puis on finit par demeurer bien seule...
Tout est refoulé, dans un coin perdu de notre anatomie, le colon et le foie se font les hôtes de la colère inexprimée et de l'amertume.
Et les ennuis commencent. Soudain, on se sent plus fragile. On a dompté l'esprit, mais le corps n'en fait qu'à sa tête...
Nous y sommes. Tout s'écroule. C'est le début de la fin. Ca fait mal. Ca tiraille.

En aout 2006, pleine de colère et de haine envers moi même, envers mon corps qui me faisait tant souffrir, responsable de tous mes échecs, je découvre que compter les calories, c'est facile. Ca devient vite une obssession, c'est tellement bon de sentir son corps fondre, de sentir que l'on contrôle ce qui, jusqu'à aujourd'hui, a toujours été incontrôlable...
Trés vite, en quelques mois, je perds 18 kilos. Qu'est ce que je me sentais bien... C'est moi qui décidait de ce que je faisais subir à mon corps, cette chose que j'ai toujours eu en horreur et qui m'a valu tant d'humiliations. Je voulais le détruire, et j'y arrivais.

Mars 2007, pour la première fois depuis toujours, je me sens belle. Quand je regarde mon reflet, je me dis que cette fille est comme tout le monde, que cette fille, c'est enfin moi, celle que j'ai toujours été sous mes kilos. Je vis ces instants comme une véritable rennaissance. Se sont sans doute les meilleurs moments de ma vie.

Et puis l'enfer m'a réouvert ses portes. Le 28 mars, je découvre l'horreur de la mort, que j'avais toujours ignoré jusque là. Je pleure sans même comprendre. Les larmes coulent, encore et encore, sans jamais pouvoir glisser des mots sur cette peine. Même encore aujourd'hui, je peine à trouver les mots justes, ceux qui pourraient transmettre cette douleur si étrange.

En parallèle, je suis le souffre douleur de ma chef au boulot. Au moment ou j'arrivais à retrouver un semblant de confiance en moi, elle me piétine, déchire cette confiance si durement gagnée, assassine le moindre espoir...

C'est à ce moment là que mon corps a repris le dessus.
Je me suis levé un matin avec le ventre d'une femme enceinte de 6 mois, dur comme de la pierre. Pour quelqu'un qui observe le moindre bourrelet de graisse le matin devant son miroir, c'est dur. Dur de s'affamer, et d'avoir un ventre qui dit le contraire. Se sont ajouté au tableau déformé des problèmes de transit, des douleurs hépatiques...et 6 kg de plus en moins d'un mois.

Aujourd'hui, le 09 juin 2008, cela fait environ un an que je me bats contre ce corps qui n'en fait qu'à sa tête.
Il exprime sans doute ce que je refuse de dire, mais petit à petit, il me tue.

Je crée ce blog afin de sortir un maximum d'angoisses et de pouvoir avoir un aperçu de mon évolution, si évolution il y aura !
Je pèse 75 kg, j'aimerais en perdre 5. J'essayerai de notre chaque jour ce que j'ai mangé, ce que cela représente niveau calories et mon ressenti. J'essayerai...

Posté par krysalide à 13:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Départ

Nouveau commentaire